Jouer un vampire - La Bête

#1
Les mythes et légendes sur les vampires peuvent être trouvées dans de nombreuses cultures dans le monde, et ils précédent l'histoire écrite. De telles créatures ont été connues sous de nombreux noms, comme le scandinave draugr, l'hébreux estrie, et le roumain strigoi. Des reprises populaires, depuis le Dracula de Bram Stoker aux films et séries modernes, ont romantisé ces mythes. Qu'ils le définissent ou le refusent, la plus part d'entre eux se cachent des mortels, pour mieux des manipuler et les chasser : on appelle ça la Mascarade. Tous ces mythes, souvent avec des erreurs, participent à la Mascarade.

Les vampires sont de lugubres créatures immortelles, arrachés à la société mortelle et envoyés dans un monde fantastique après avoir subi le mystère de la mort. Dans les légendes, ce sont de dangereux prédateurs et charognards, qui vivent du sang des autres. Ils représentent la peur primitive de l'obscurité de l'humanité, ainsi que sa fascination pour la mort et l'attrait et la sensualité de l'inconnu. Comparés aux mortels, ils sont souvent puissants, parfois anciens, souvent mélancoliques ou inhumains, et toujours sombrement mystérieux.

Exister en tant que vampire dans le Monde des Ténèbres c'est connaître les hauteurs et profondeurs de toutes les émotions humaines, magnifiées mille fois. C'est la douleur et la puissance de l'Étreinte, l'instant où l'on devient vampire ; c'est souffrir d'une faim dévorante et implacable du sang d'autrui, qui doit être satisfaite, encore et encore ; c'est la souffrance sourde du désir de la lumière perdue du jour, l'extase suprême du Baiser, et l'aigre goût froid de la vengeance immortelle ourdie sur des siècles.

C'est aussi la terreur primordiale du feu, la colère inhumaine qui habite chaque goutte de notre sang. C'est la Bête. Être un vampire est un combat permanent entre soi et la Bête, cette voix tentatrice qui murmure dans votre crâne : « Soif, tu as soif ! Bois le sang de ce mortel innocent qui passe, il doit être doux ! », cette voix qui pousse à la domination, à la colère, à la frénésie. Garder son humanité, maintenir la Bête à distance, est un défi quotidien, tiraillant et douloureux, pour jeunes comme anciens.

Les vampires du Monde des ténèbres ont leurs propres cultures, traditions, lois et vocabulaire. Les plus civilisés s'appellent entre eux Semblables, une référence aux liens du sang entre tous les clans vampiriques, et un éternel rappel qu'ils ne sont plus, en définitive, humains. Mais qu'ils sont autre chose, un mystère qui reste encore à véritablement définir.

Rappel Important (Lecture obligatoire)

#2
Pourquoi Azema a mal joué et pourquoi Dimitri à très bien joué (différence entre un Personnage et un joueur)

Une seule réponse : la bête !


Qu'est ce que c'est ? C'est une salope qui murmure dans votre tête de boire votre prochain, d'écraser son visage de vos poings et de vous nourrir de lui. C'est la chose qui vous donne envie de brûler la cité et les humains et de règner seul sur un monde de cendre.

Qu'est ce qu'elle entraîne ?

Aussi étrange que cela puisse vous paraître c'est la seule et unique raisons d'être des : Elysée, Atrium, Protocole et Statut.
C'est aussi pour cette même raison que tout bon camariste hait les anarchs, le sabbat et les autarques. Car ils excitent la bête. (Bien que le sabbat ait trouvé d'autres moyen pour lutter (dans une société tout autant codifié et hierarchisé que la Camarilla)

Respecter la quiétude d'un élysée, éviter tout sujet de discorde, éviter le contact physique, dire bonjour et merci de la bonne façon à la bonne personne, avoir un comportement adéquat dans une société polissé.

Tout ça c'est LA BÊTE ! Ou plutôt la réponse de la Camarilla pour tenir la bête des hordes de nouveaux né afin qu'ils ne reproduisent plus la révolte anarch et viennent vider les havres des anciens '(voir les anciens eux même).

Aucun ancien ne tient le coup face à 10 nouveaux nés en frénésie, c'est pour ça qu'ils vous imposent leur cadre strict et autoritaire.

Eux de leur cotés, comme certains autres plus jeunes possèdent en eux une bête forte qui par sa longue vie a écrasé déjà beaucoup de monde et leur souffle donc d'en écraser encore.

Ainsi, lorsque vous insultez, humiliez, trahissez, manquer de respect, vous flattez votre bête, vous insultez la Camarilla, mais et surtout vous tentez de prendre l'ascendant sur le mec en face de vous.

Vous n'êtes pas un bisounours et vous avez envie d'être le dernier debout sur un tas de cendre. Pour y parvenir vous marcher sur une corde raide entre votre humanité et votre bête.

Donc tout ça pour dire que :
Lorsqu'on vous insulte, vous humilie etc... Prendre 10/15 minutes pour se calmer est nécessaire et que la volonté sert à vous immuniser à votre adversaire le temps de sortir.

Et surtout que la simple existence de la conscience et de la maîtrise de soi et des règles qui en découle peuvent suffire à vous occuper de meubler toute une soirée en sociale. Dans un rp dinette ou le plat de résistance c'est soi vous soit le mec en face de vous.

Ce qui je l'espère vous ouvrira un autre regard sur le jeu social et que j'arrêterai de recevoir des messages de "je peux reroll "brutasse qui pense qu'au plot"."
Conteur référent